PAR

Yvon59

 

Oran

xxxxxxxxx

En hommage à Raymond

PRESENTATION
J'ai fait 2ans de service militaire en AFN en 1960/62 (ben oui la honte pour certains bien pensants) et j'étais affecté dans un régiment semi diciplinaire de tirailleurs algériens et j'étais affecté dans une compagnie détachée dans un poste militaire dans les montagnes, nous n'avions pas d'eau courante ni d'électricité,mis a part un petit groupe électrogéne qui alimentait le gros frigo pour garder la viande au frais, car nous allions au ravitaillement tous les 15 jours et c'était une véritable expédition,avec protection par véhicules blindés et hélicos pour la surveillance aérienne (aux moments les plus difficiles) et pour l'eau il fallait aller la chercher au point d'eau avec un GMC et une petite citerne à un essieux.

Voila pour le décor (rassurez vous je vais pas raconter mes "faits de guerre"....mais il fallait planter ce décor pour que les plus jeunes d'entre vous puissent s'imaginer ce qu'était le "respect" "la discipline" et le sens des mots ....

Quand j'ai appris par courrier que mon pére était mourant j'en ai fait part au capitaine qui commandait ce poste et sa réponse à été nette "NON",quand je lui ai dis que je demandai une permission exceptionnelle pour aller revoir mon pére vivant et qu'il me réclamait sachant que c'était la fin pour lui, il ma dit niet....tu iras en perme quand nous apprendrons son décés....

J'avais tout juste vingt ans et à l'époque je démarrais au quart de tour et surtout j'aimais énormément mon pére que j'idolatre toujours et qui fut pour moi un modéle.

Je suis donc entré dans une colére noire et j'ai carrément insulté le capitaine.....la suite est facile à devinée, on m'a mis "au trou" non pas en prison ,car il y en avait pas dans les montagnes et nous vivions dans des cabanes faites de pierres,trouvées sur place et recouvertes de toles ondulées.

Mais je fut mis dans un vrai trou creusé dans le sol en plein soleil et en plein froid la nuit, ce qui avait pour résultat de nous foutre la "courante" aprés 48 heures de ce régime...!! et dans ce trou on pouvait y tenir que debout et gardé par une sentinelle.

Je n'y suis pas resté longtemps , en effet le lendemain, un message radio est arrivé de Paris, en provenance du ministére des armées, en donnant comme instruction que je devais étre acheminé dans les délais les plus courts ,au chevet de mon pére .......ma famille avait fait fait intervenir une personne en poste à Paris.

Je fut donc envoyé en permission comme indiqué dans les ordres de Paris et au moment ou je montais dans le GMC de liaison,le capitaine dit ,en se retournant sur le lieutenant, encore un que l'on va plus revoir et qui s'en sort bien....!!! comme ma colére n'avait pas diminuée d'un pouce, je suis descendu du camion (j'étais derriére, évidemment) et je lui ai dis ceci " vous vous trompez monsieur, car je reviendrais pour terminer cette histoire" car l'homme que je vais voir pour la derniére fois en aurait fait autant.....donc je peut pas faire moins.

Là je passe les détails sur mon séjour en France et aprés les funérailles de mon pére et alors que je m'apprétais à refaire ma valise pour le retour au club Med, j'ai reçu la visite de cette personne qui avait intervenue à Paris pour me faire revenir en France et il m'a précisé qu'un télégramme du ministére des armées devait arriver dans la journée.....

En effet un télégamme est bien arrivé et il y été écrit que je devais me rendre à LILLE à la caserne militaire pour y étre affecté, mon retour en AFN étant annulé.

Pas satisfait du tout de cette décision, j'ai demandé à la personne de Paris de faire annuler cet ordre ,car je ne désirai qu'une chose....retourner là bas et tenir ma parole.

ce fut fait dans les 24 heures et je repris le train à Lille pour Marseille ou aprés 24 heures d'attente ,je montais dans un DC4 militaire pour Oran (car j'avais un billet d'avion aller/retour délivré par l'armée.)

Arrivé à Oran je fut reconduis à Relizane par un véhicule de liaison ,à la compagnie de base de mon régiment et aprés trois longues journées d'attente sous une guitoum (grande tente) en plein soleil j'ai vu arriver le GMC de ma compagnie ,qui descendait des montages ,pour venir au ravitaillement et me "ramasser" par la méme occassion....le convoi était commandé par un adjudant ,un grand gaillard sympa ,qui marchait avec une jambe raide (souvenir d'indochine) et qui me dit en me voyant marcher vers lui "du con pourquoi tu es revenu, tu vas pas t'en sortir" "tu vas en crever"...comme je m'apprétais à lui faire le salut militaire de circonstance, il me dit "la haut tu ne pourras pas compter sur moi ,car je serai vite repérer,car on n'est pas nombreux".

Ensuite ce fut la route d'abord, les cols et l'arret au dernier petit village du monde des vivants, ou on achetaient habituellement les derniéres petites provisions qui nous manquaient, du café,du chocolat des pastilles de manta pour rechauffer les quarts de jus et ensuite la piste pour aboutir au bout de 4 heures environ, au poste militaire situé sur un piton au milieu de nul part.

Alors que je m'attendais à retourner "au trou" il n'en fut rien et je n'ai jamais aperçu la silhouette du capitaine du reste de l'aprés midi, pourtant l'endroit n'était pas grand et entouré de barbellés, c'était difficille de ne pas renconter une personne méme si on n'a pas envie de le voir.

Vers 18h30/19h un caporal me demanda d'aller dans le bureau du capitaine,qui lui servais aussi de chambre et de salle à manger...!!! cette cabane ne faisait pas plus de 13 M2., à peine arriver j'ai compris que ma "punition" aller commencer ,j'ai appris que j'étais détaché à la légion étrangére au 1er REP (régiment étranger de parachutistes) à Sidi Bel Abbes...je me rappelle que je me suis écrier "les paras ...merde mon réve"

Ensuite l'adjudant est venu me voir dans la cabane qui nous servait de chambre et me donna les instructions pour ce qui concerne le paquetage réduit que je devais emporter et rendre le reste au fourrier, car j'allais étre "équipé sur place" et il me donna quelques conseils sur la conduite à tenir la bas, lui comme les 3 autres gradés étant tous des anciens légionnaires.

Le lendemain matin un Alouette (hélico) à attérri prés du poste et j'ai appris que c'était moi qu'il venait chercher, non pas qu'on avait déplacé un hélicoptére pour moi, mais un régiment de la légion était en mouvement dans la région et le commandant avait reçu l'ordre de venir me chercher.

Je passe assez rapidement sur le fait que les copains européens (nous étions une vingtaine seulement de métropole dans ce poste) se sont mis à chanter "ce n'est qu'un au revoir".....merde dur là.... avec le bruit de l'hélico .... les gars qui chantaient cette chanson (j'ai du serrer les dents)

Quand nous avons atterris environ 30 mn aprés, toujours dans le djébel, je me suis rendu compte que les hommes se préparaient à lever le camps et aprés avoir vu un gradé qui ma mis en contact avec un caporal pour me donner mes rations de la journée ,j'ai eu le loisir de faire connaissance avec mes nouveaux compagnons ( toutes les races et nationalités étaient représentées, avec une majorité pour les allemands, nous étions en 1961 ceci explique cela)

En début d'aprés midi j'ai entendu et vu par la suite arriver une volée de GMC, de Dodge et de Jeep vide et j'ai compris que le voyage aller reprendre, nous avons embarqués à la façon de l'armée ,c'est a dire vite fait et bien fait....!! et dans un nuage de poussiére le convoi s'est mis en route.

Aprés quelques heures de piste , nous avons rejoins la route bitumée, mais nous étions toujours dans un décor de montagne et aprés des heures de routes nous sommes arrivés à SIDI BEL ABBES la ville tant de fois vue dans des films de l'époque et ou les acteurs des films de gansters trouvaient refuge pour échapper à la justice et y faisaient des trafics de tous genres, mais c'était aussi là que se trouvait la " maison mére de la Légion " qui doit étre à Aubagne maintenant.

Quand les camions ont franchi le portail de cette caserne (une vraie celle-là) j'ai aperçu une allée centrale avec un monument trés bien entretenu et j'ai appris que ce monument était celui de la Légion et il était composé de militaires en différentes tenues qui supportaient une grosse boule représentant la terre.

Aprés avoir sauté en bas du camion, je fut interpellé par un caporal qui m'a conduis à une chambre commune de 20 ou 30 lits, chacun étant équipé avec une armoire et un cadenas (le luxe quoi , à coté de ce que j'avais connu au poste dans le bled, car là bas on avait seulement le sac marin comme endroit pour ranger ses affaires.)

le caporal me conseilla d'aller prendre une douche rapidement, car dans une demie heure environ il reviendrait pour aller chez le fourrier pour aller chercher mon nouveau paquetage, j'ai appris aussi que j'allais étre présenté au capitaine pour recevoir mes instructions ,je me suis dit que j'allais enfin savoir à quoi m'en tenir sur mon nouveau statut , car normalement "la légion" c'est uniquement des engagés et à ma connaissance.....j'ai jamais rien signé..? mais sincérement je m'en foutais un peu et j'avais toujours réver dans le civil, de voyages et d'aventures et depuis le début de mon service j'en bouffais à pleine dent et ......bof...on verra bien.

Le fourrier me remis un paquetage complet et ensuite avec le caporal nous sommes aller chez l'armurier ou on m'attribuas un PM ....bizarre je n'étais donc pas ici pour subir seulement une "punition"....!!

La fin de la journé approchait et j'appris que je devais me préparer en tenue de "combat" c'est a dire treillis et rangers aux pieds car avant la soupe il y allait y avoir un appel dans la cour avec le capitaine et toute la smala , arrivé dans la cour je me rendis compte que nous étions nombreux dans cette caserne et on m'indiqua l'endroit ou je devrais me mettre désormais à chaque rassemblement et je passe les détails sur le nombre de fois que nous avons du nous mettre au "garde à vous" et au "repos" avant que tout soit parfait et au bout d'un moment j'ai vu arriver ce que les gars appelaient "la smala" (terme trés employé dans l'armée) il y avait plusieurs caporaux, adjudants et lieutenants et 2 capitaines et comme nous étions rangés au carré dans la cour, la smala se mit à inspecter minutieusement chaque section en s'arrétant devant chacune d'elle et je pouvais voir que tous ces gradés discutaient beaucoup parfois devant chaque groupe, mais j'avais aussi remarqué 2 petits groupes qui se tenaient un peu à l'écart et dans l'un d'eux il y avait 2 gars habillés avec des "pyjamas à rayures" et sur la téte une calotte du méme tissus....dans mon innocence des pratiques de la légion je me suis dit "merde méme les malades doivent venir aux rassemblements" et avec cette chaleur....!!

Comme tous les gradés se trouvaient encore de l'autre coté de la cour ,j'en ai profité pour demander à mon voisin , un breton qui d'aprés ses dires, ne se rappelait méme plus ou était la bretagne tellement cela faisait longtemps qu'il n'y avait plus était, je me suis dis qu'il ne devait peu étre pas étre le bienvenu la bas pour ne plus y avoir été depuis si longtemps....!!!

C'est alors qu'il m'expliqua que les deux petits groupes étaient composés des" punis" qui avaient fais des conneries ou désobéis à un supérieur pendant ces derniéres 24 heures et que le capitaine allait décider de la punition à leurs infliger.

Et pour les deux gars "en pyjama" qui ne sont pas des pyjamas mais des tenues de "bagnards" et que les deux gars étaient tout simplement des "parias" pour la légion car ils avaient casser leur contrat avec la légion (j'ai appris par la suite que cela se faisait rarement et sous certaines conditions) et qu'en attendant d'étre dégagés de leur engagement , ils dormaient en taule et il insista surtout sur le fait qu'ils étaient en "quarantaine" et que personne n'avait le droit de leur parler sous peine de les rejoindre en taule....moi j'arrétais pas de souffler pour exprimer ma stupéfaction et il me dis dans ces termes "bon ta gueule maintenant et regardes un peu ce qui se passe car t'as encore rien vu....

là j'ai pas pu m'empécher de me dire "putain je me suis encore mis dans un sacré merdier finalement"

Puis le groupe des gradés est arrivé en face des punis et la j'ai vu une chose qui m'a coupé le souffle (à l'époque) un adjudant à sorti un papier de sa poche et à lu au capitaine le motif qui justifait que le légionnaire se soit retrouvé "puni" et aprés avoir déballé les faits les gradés se sont concertés et l'un d'eux s'est adressé au "puni" et le légionnaire à enlevé son képi blanc et la soigneusement posé par terre , à ses pieds et l'adjudant à enlevé également son képi et l'a donné à un sergent et ..............v'lan ....il à envoyé un grand coup de poing dans la tronche du "puni"...!!! le gars est tombé en arriére sur le cul ,s'est relevé , à ramassé son képi et se l'est remis sur la téte, pour se remettre au "garde à vous" et saluer l'officier....!!

C'est comme ça que ce réglaient les petits litiges là bas et à cette époque là, car inutile de mettre un gars en prison pour un petit écart, un homme en taule ne sert à rien.

Quand à moi j'avais rapidement compris les régles et j'ai été affecté dans une section et j'ai passé 5 jours à faire de l'entrainement , comme pendant les classes et le premier soir j'ai encore dormi dans un trou, je venais d'avoir fait le parcours du combattant (à la façon de la légion) et j'ai jamais su ressortir de la "fosse" et j'ai donc passé la nuit au fond de cette fosse, heureusement il faisait chaud et j'ai pu m'asseoir pour dormir....!!! mais sincérement ,je m'en foutais complétement.

Ensuite avec ma section j'ai beaucoup voyagé, Oran, Mostagadem, Mascara et j'ai vu du sable, beaucoup de sable....mais impossible de dire le nom des lieux ,car il n'y avait rien de vivant et on se déplacaient en hélico.

L'épiloque tragique pour tous , car il n' a pas eu de vainqueurs.
Puis il y a eu les événements qui ont amené ce régiment à se rebeller contre le pouvoir de Paris et moi j'ai rejoint mon régiment d'affectation d'origine.

voici un court historique de ces événements qui ont provoqués la dissolution du 1er REP :


Le régiment est crée en avril 1949 à Mascara à partir de la 7e compagnie d’instruction de parachutistes (création également du 3e régiment étranger parachutiste). En 1957, le régiment entre en Égypte dans le cadre de l’affaire du canal de Suez.

Dès 1957, le régiment est envoyé en Algérie tout d’abord à Alger, puis dans les djebels, puis enfin à Guelma. Le 29 mai 1958, lors d’une opération appelée "Taureau 3" dans la région de Bou-Amhdad, son commandant, le lieutenant-colonel Maurice Jeanpierre, est tué lors de la chute de son hélicoptère. Son successeur, le colonel Brothier reprend le commandement le 17 juin 1958 avec comme mission de sécuriser l’Algérie.

Au moment du putsch d'Alger d'avril 1961, le régiment est commandé par intérim par le commandant Hélie Denoix de Saint Marc, le lieutenant-colonel Guiraud étant en permission. Avec l'accord des cadres, Saint-Marc engage le régiment au côté des putschistes. Suite à l’échec du putsch, le régimente est dissous le 30 avril par Pierre Messmer. Les légionnaires quittent leur camp de Zéralda en chantant la chanson d'Edith Piaf : Non, je ne regrette rien. De ce fait, le 2e REP demeure le seul régiment étranger parachutiste.

Ensuite j'ai rejoins mon régiment et mon poste militaire et j'ai repris mes habitudes jusqu'a la quille et en passant à Oran pour étre libéré et avant de monter dans le navire j'ai été appelé chez un commandant qui m'a demandé si je voulais signer un engagement dans l'armée, car bientot les militaires auraient quitté ce pays (nous étions fin 1962) et dans la discussion nous avons parlé de ce que j'avais connu là haut et mes déboires avec le capitaine et là il a sorti d'un tiroir de son bureau un dossier (assez gros) qu'il ma posé devant les yeux et il m'a dit ceci "regarde la derniére page de ce dossier et tu verras que ce "capitaine " t'avait à la bonne....!!

Je vais pas tout dire ici ce qui était écrit sur cette feuille,mais en conclusion il était écrit ceci "je recommande particuliérement cet homme, car il fera un trés bon officier"....méme maintenant j'avoues que j'ai pas tout compris ce qui s'était passé pendant ces 2 années ...!!

Finalement je suis rentré en France et je me suis marié un an plus tard et je suis devenu chauffeur routier, mais c'est une autre histoire.

LES PHOTOS

tout d'abord voici les photos de "Raymond" (le papa de Christine) je ne l'ai pas connu personnellement, bien qu'il a fait son sevice militaire en AFN aussi, mais il était déja revenu quand je suis partis.

(Raymond était là bas en 1957)

mais comme Christine m'a fait parvenir les quelques photos qui lui reste de son papa , je tiens à les ajouter à ce sujet pour lui rendre un hommage phostume, hélas car il est décédé des suites de maladie en 1980 à l'age de 44 ans.

donc par respect pour lui voici ses quelques photos que je ne peut pas commenter comme il le faudrait car je ne reconnais pas tous les lieux, apparament nous ne sommes pas aller dans la méme région.

Marseille ....peut étre
apparament Raymond avait une mascotte
à voir son équipement ce véhicule doit appartenir aux services des transmissions
photo de Raymond
c'est le genre de décor trés connu dans le bled
je pense que les soldats donnent un coup de main à un agriculteur pour la récolte
avec les animaux de la ferme probablement (ferme que l'on aperçoit en arriére plan)
certainement là les soldats du génie sont en train de construire une piste provisoire pour remplacer le pont détruit au dessus de l'oued.
cela se confirme avec cette photo
A bord d'un véhicule militaire sur une route de montagne, on remarquera l'absence de parapé.
2 camions Simca
vu le décor, probablement une préparation pour un futur défilé ou pour rendre les honneurs à un haut gradé en visite sur un site de l'armée.

pour cette photo j'ai connu des routes de montagnes identiques mais je reconnais pas les lieux

je suis pas certain mais je me demande si il ne sagit pas de deux photos du fort Espagnol de Mers El Khebir

dont je vous met une photo en dessous.

le fort Espagnol de Mers El Khebir

Mers El Khebir était à l'époque une base militaire stratégique de la Méditeranée , ce site militaire avait une base sous marine assez profonde qui permettait aux sous marins de sortir et de rentrer sans faire surface, ce qui était important à l'époque car il n'y avait pas encore de satellites espions.

Mes photos personnelles
La médiérannée vue du bateau
pas tout à fait 20 ans et en route vers l'inconnu....sans garantie de retour !!!
arrivé au camps de base à Oran
Oran, encore vétu de la tenue d'hiver.....plus pour trés longtemps !!
Les choses sérieuses commencent avec l'arrivée dans ce poste militaire dans l'Ouarsenis, perdu au milieu de nul part (Poste Vautier)
une petite photo à coté d'un pilier de l'entrée du poste.
vue de l'extérieur ......pas la peine de chercher à s'évader, le batiment que l'on aperçois est une école ,situé à l'extérieur, pour les enfants et habitants des douars (villages) éparpillés dans la montagne.
Photo du poste prise du haut d'un ancien mirador

le mirador fabrication "maison" la nuit la sentinelle reste au sol, la nuit ça ne servirais à rien de monter la haut.

l'homme occupé auprés du mur travaille à la construction d'un réservoir d'eau, au point le plus haut du poste, pour les gradés , le poste n'est ni équipé en eau, ni en électricité.

là on peut voir que la toiture en tole ondulée du mirador c'est envolée, mais n'a jamais été réparée car il faisait aussi chaud sous la tole qu'en plein soleil. ( le chapeau de brousse trempé dans l'eau ,était bien plus efficasse) on voit aussi le seul GMC de la compagnie, avec un chevrolet et une JEEP, qui composent le parc de véhicules de la compagnie.
avec 3 remorques : une cuisine roulante, une citerne à un essieux et une remorque bachée.

(la JEEP étant bien sur le véhicule du capitaine)

Comme on peut le voir mon gout pour la déconnade n'est pas du au fait que je suis vieux et peut étre gateux.....mais c'est tout simplement un héritage de mon pére et là je m'entraine probablement, à apprendre à bien faire le salut militaire et il y à encore pas mal de progrés à faire.!!

une photo prise prés des barbelés qui entourent le poste ,à noter les "guétres" en gros tissus sur les fameuses godasses de l'armée...

les taches blanches en arriére plan ne sont pas des papiers, mais des pierres blanches, cette photo à été prise en hiver car je porte la tenue adéquate pour la saison.

de l'autre coté du poste au début d'une garde de nuit
Photo du méme endroit que la précédente, mais je me suis déplacé pour faire voir le "décor" et cette garde de nuit se passe avec en bruit de fond les hurlements des "Chacals".....rien à voir avec route de nuit.

là un exercise des plus délicat, surtout quand on n'a pas l'habitude, je suis au "point d'eau" dans le bled et le jeu consiste à reculer la citerne en dessous du tuyau de la pompe pour la remplir car le tuyau de remplissage est rigide et bien fixé et impossible d'arriver en marche avant car le tuyau est trop bas pour que le camion ( un Chevrolet ) passe en dessous.

et vous ajoutez à la difficulté le peu de visibilité et les pierres au sol qui dévient la remorque...et je peut dire maintenant que lorsqu'on sait faire cette manoeuvre ,c'est pas une semi de 12 ou 13 métres de long qui nous fait peur.

voila le travail et là l'ancien pose pour la postérité... (sic)
cette photo montre comment je dépotais la citerne dans le réservoir d'eau (enfin terminé) qui alimentait les chambres des 4 gradés , quand à nous , nous en étions toujours à aller se ravitailler à la citerne roulante avec le casque lourd et le quart pour faire notre toilette et faire le café, la citerne étant exposée en plein soleil, on se demandait toujours si cela servait à quelque chose de faire chauffer l'eau pour faire du café.!!
toujours au "point d'eau" un jour de grande lessive et vous remarquerez à coté de moi, accroché à la souche de l'arbre, le fameux casque lourd , récipient indispensable pour ce genre de travail.
Avec la Jeep
La cuisine roulante, là dedans on fait le café ,la soupe et on cuit et réchauffe pratiquement tout.
avec le GMC et toujours le tradionnel chapeau de brousse, car bien que là je suis en tenue d'hiver on peut voir a l'aide de l'ombre du chapeau qu'il fait un beau soleil.
nous sommes occupés à creuser un ruisseau le long de la piste qui méne au poste (que l'on voit trés bien derriére) je suis à gauche en train de tester la résistance du manche de pelle, en m'appuyant dessus et l'homme à ma gauche avec les deux mains dans les poches c'est un caporal chef !!!
taper dans la terre c'est dur, mais la rocaille c'est pire et je fais une pause.
là et sur la photo qui suit, c'est pour moi la honte de l'humanité, sur cette photo je suis dans un endroit désertique ou nous allons vider les déchets de toutes sortes et vous verrez pourquoi je dis cela en passant à la photo suivante.
voila des enfants et aussi des adultes qui habites dans les douars voisins et dés qu'ils entendent le bruit du moteur et dans la montagne cela s'entend de loin, viennent chercher et trouver de quoi calmer une faim ou amliorer leur ordinaire....et là je m'insurge , car aucun enfant ou méme aucun étre humain ne devrait avoir faim, la terre est encore assez riche pour nourrir les gens qui la peuple , si seulement les richesses de chaque pays étaient réparties équitablement.
Un peu de distraction avec le chien de la compagnie
Nous voici en été et les grands travaux ont repris , avec un camarade nous chargeons des pierres pour réparer les batiments du poste militaire.
Au volant du chevrolet
un peu de sport pour les copains et on peut remarquer que ces gars ne sont pas triste malgrés l'isolement et le manque de confort ,car avec une permission par an et encore pas toujours vrai, certains y sont rester 20 mois sans retour au pays.
comme je vous le disais plus haut le regiment est avant tout un régiment d'engagés et constitué à 90 % de militaires d'origine Algérienne et dans notre compagnie comme les autres d'ailleurs, les régles et les coutumes du pays étaient respectées et ici on voit que nous revenons de liaison pour aller chercher l'approvisionnement et que pour célébrer la fin du jeune je raméne dans le Chevrolet un mouton pour faire le méchoui annuel.
Vous me reconnaissez pas , mais pourtant c'est bien moi , aprés le méchoui et avec ce qui reste du mouton...!!
Une vue d'ensemble du poste et de la piste prise en haut de l'ancien mirador en dur et on peut voir que le mirador en bois n'existait pas au moment de la prise de vue
Un Simca venu nous rapporter des lits plus confortables, un beau camion mais pas fait pour le bled car je ne compte plus le nombre d'entre eux qui on cassé le différenciel sur les terrains difficiles et que j'ai été rechercher en remorque avec le GMC.
Avec une auto mitrailleuse Panhard, ne vous y trompez pas j'ai pas été trop nourri à l'armée , mais si je donne l'impression d'avoir du "volume" c'est tout simplement parce qu'en dessous de ma veste j'ai un énorme gilet pare-balles qui pése énormément.
nous voici à Relizanes au camps de base du régiment , c'est là que toutes les compagnies éparpillées un peu partout, viennent se ravitailler en nourriture , essence et munitions et matériels divers.
Toujours à Relizanes et en tenue de parade, avec le turban sur la téte et comme la photo est en noir et blanc on distingue mal que j'ai autour de la taille une large ceinture de tissus rouge vif et qui fait au moins 10 fois le tour de mes hanches avec le turban blanc c'est vrai que la tenue est sympa.
Pour ne pas avoir à le répéter à chaque fois, les 24 photos qui vont suivrent son prises à Relizanes ou j'ai séjourné à plusieurs reprises ayant été réquisitionné au service auto pour remplacer des chauffeurs (hélas) tués, blessés ou en permissions.
Ici je prend en photo mes camarades de chambrée, enfin la chambrée c'est la guitoum qui est derriére eux et dans la journée avec le soleil il était impossible de rester à l'intérieur plus de 10 mn...!!!
Avec un mécano du service auto
Rencontre avec un autre ch'ti

pendant le stage qui précédait le passage du permis de conduire.
A ce sujet je dois dire que l'examen du permis PL à consisté pour moi à conduire en ville à Relizane l'adjudant qui été chargé de faire passer les permis et de faire la tournée des magasins ou il à acheté toutes ses provisions personnnels pour le mois, de retour au camp il m'a dit ceci " félicitations ,tu viens de gagner tes permis"...il faut dire aussi que je savais méme pas que j'étais en train de passer l'examen.

ne dites pas que c'est facile car sur ces camions il n'y avait pas de clignotant et tout juste un petit rétroviseur rond...!!!

Avec le méme copain du nord que tout a l'heure.
Encore avec les copains de chambre et le gugusse à coté de moi (un Marseillais) il s'est posé sur la téte le casque lourd sans avoir mis auparavant le casque léger, ce qui lui donne cet aspect.
petit déjeuner en plein air le matin et avec les copains.

Avec un GMC , à coté on peut voir la fosse ou on faisait la vidange et graissait tout le camion, car avec la poussiére et le sable y fallait pas oublier un graisseur.

(fallait pas la louper la fosse , il n'y a aucun rail de sécurité pour rattrapper le coup.)

Avec André et son GMC blindé pour le transport de munitions.
Avec l'ambulance que j'ai conduis 2 mois environ lors d'un autre séjour ici à Relizane, un 4x4 Renault , attention dans les virages et en escaladant les pitons ....il y avait du tanguage.
Avec mon copain andré (de ST Omer en chaussées) alors qu'il était libérable et il avait endossé la tenue d'hiver pour rentrer en France
André et un autre pote libérable lui aussi.
Chez mi là...
Un des deux infirmiers de la petite infirmerie de la compagnie de base, un gars du sud et super marrant
Avec casque léger et au dessus le casque lourd au retour d'avoir été chercher des hommes blessés dans les montagnes.
Avec le chapeau de brousse ça fait plus play boy...!!!
Avec le short c'est encore mieux, enfin faut demander aux dames...!!
Dans le petit espace de verdure de l'infirmerie.
Toujours l'infirmier du sud , coté sexy je peut pas lutter avec lui.

Encore un GMC , mais pour moi c'était pour l'époque le meilleur camion tous-terrainset en plus pour la plupart de ces véhicules c'étaient des rescapés de la derniére guerre, bien sur le moteur et toutes les piéces mécaniques sont changées réguliérement et au bout d'un certain nombre d'années le camion va dans un service spécial ou il est entiérement démonté et le chassis remis à nu avant d'étre repeint.

Je peut comfirmer ces choses là car j'ai vu les dossiers de ces camions , c'est le chef du service auto de Relizane qui me les à fait voir, c'est aussi lui qui m'a donné mes permis PL et c'est lui aussi qui me faisait descendre de temps en temps de mes montagnes pour remplacer les chauffeurs en difficultés.

Je le salut au passage et si il est encore de ce monde j'espére qu'il lira ce reportage....tout ce que je sais de lui c'est qu'il est Corse.

Avec un chevrolet
Le parking de camions à Relizane

Voila la série de photos sur Relizanes est pratiquement terminée mais avant je voudrais raconter une histoire ou plutot une aventure qui m'est arrivée avec un camion quand j'étais encore là haut dans les montagnes dans l'ouarsenis ou soit dit en passant on pouvait apercevoir de la neige éternelle au dessus des plus grands sommets méme au plus fort de l'été et parfois on avait tellement chaud et soif que l'on aurait bien donné 10 ans de sa vie pour aller se rouler dans la neige.

Donc voila les faits que je veut vous raconter :

Un jour le chevrolet tombe en panne de frein, fuite d'huile Lookeed, pas un seul outil pour faire la moindre réparation et le commandant du poste, le capitaine, envoye un message radio au service auto de Relizanes et la reponse fut aussi bref que possible. "impossible de venir avec un "LOT 7" (GMC équipé en dépanneuse et avec une certain lot d'outillage (LOT 7) tous nos véhicules sont en mission...démerdez vous (sic) et le message radio du chef du service auto se termine en disant ceci " rapprochez vous du tirailleur Yvon....(ben oui c'tait de moi qu'il sagissait et si vous avez lu le récit au début du reportage, vous imaginez la téte de mon brave capitaine) car ce soldat est tout a fait apte à gérer ce probléme ...(sic) pour le capitaine et (sic) pour moi car je savais méme pas ce que je devai faire.
T oujours est il que le capitaine est venu me trouver vers les 15 h pour me dire ce que je redoutais le plus ...démerde toi , il faut amener le Chevrolet en réparation à Relizanes par tous les moyens....!!! je lui ai répondu que pour y arriver il fallait faire des KM de pistes , traverser des cols et franchir des descentes a plus de 10% ...et tout ça avec un camion sans frein !!!

Réponse du capitaine avec un sourire narquois : y parait que tu es le mec qui peut régler le probléme ....alors pour la derniére fois DEMERDE TOI et je veut pour ce soir ,dans mon bureau, un rapport sur ce que tu comptes faire pour amener ce camion en bas et il est parti ...!!

Encore une fois le ciel me tombait sur la téte....j'allumais une cigarette et je suis resté appuyé sur le mur de pierre à réfléchir et ensuite je suis aller trouver mon copain du nord qui était aussi chauffeur comme moi dans ce poste et je lui expliquais le petit plan tout simple , mais risqué que je pensais faire pour mener à bien cette mission....il m'a d'abord traiter de fou il a ajouter que j'avais pris un coup de soleil et que je voulais sa peau....hi hi

Parce que mon plan c'était tout simplement de dérouler une partie du cable du treuil fixé à l'avant du GMC en bon état et de l'accrocher derriére le Chevrolet en panne....et moi dans le camion de téte j'avais l'accélérateur et lui dans le camion derriére avait les ...freins .

Ensuite nous avons déroulé le cable de plusieurs métres et aprés avoir constaté qu'il était en bon état nous l'avons attaché derriére le Chevrolet et nous avons également bloqué comme il faut le treuil pour éviter qu'il se déroule en route et je dis ensuite à André : bon à nous deux on fait plus qu'un maintenant, mais y reste à régler le probléme de la communication....car comme tu seras derriére moi tu verras pas grand chose et moi je dois pouvoir te dire de freiner quand ce sera nécessaire...et dans les cols et avec les lacets pas question de rater son coup ....

Je suis aller voir l'armurier et je lui ai demandé quelques métres de corde, inutile de dire qu'il était déja au courant de la chose , le poste étant tout petit les nouvelles ne trainaient pas pour circuler.
Je vois encore le téte des copains qui étaient déja arrivés pour voir les préparatifs et quand je suis monter dans la caisse du Chevrolet avec ma corde et une grosse pierre ainsi qu'avec un chiffon rouge, j'ai passer la corde entre les arceaux et la bache du camion et j'ai mis un bout de la corde dans la cabine en passant par la petite lucarne de derriére la cabine et a l'autre bout de la corde qui pendait presque au cul de la caisse , j'ai attaché soigneusement la pierre entourée du chiffon rouge au bout de la corde et aprés avoir fait des essais on s'est rendu compte que le systéme marchait trés bien , étant au volant quand je tirai sur la corde la pierre dans le chiffon rouge ,montait parfaitement et cela voulait dire au chauffeur derriére qu'il fallait freiner (pour deux)...et nous avons convenu que plus la pierre montait plus il fallait freiner...!!

Bon je vais passer les détails de la journée du lendemain : départ au petit jour, comme prévu j'étais seul dans le Chevrolet de téte et l'adjudant et le chauffeur dans le camion derriére et deux autres gars dans la caisse , en guise d'escorte.
Au moment ou le convoi demarrait le capitaine est sorti de sa chambrée et au moment ou je passais devant lui il à levé légérement son bras droit avec sa main fermée et le pouce en l'air .....j'ai compris qu'il pensait comme moi c'est a dire que ma vie tenait désormais à la résistance du cable de treuil.

En route pas question de musarder ,car dans les montagnes il y avait un gros risque de faire de mauvaises recontres et il fallait donc tenir une bonne allure, malgrés les risques de notre situation,ces trois heures de routes environ furent trés longue , à l'arrivée d'un virage dans le col il me fallait tirer sur la corde pour demander du frein derriére et aprés une petite secousse qui m'indiquait que le cable venait de se tendre je me rendais bien compte que le GMC derriére avait un mal fou à ralentir les deux camions et je voyais arriver le ravin de plus en plus vite car à cette vitesse là j'aurais eu du mal à négocier le virage , mais finalement le convoi ralentissait un peu et j'arrivais à le prendre ce sacré virage et j'avais intéret d'ailleurs de le prendre comme il faut car si je me payait le ravin ,j'entrainais avec moi le GMC de derriére avec ses occupants....

A notre arrivée au service auto à Relizanes le chef du service auto (l'adjudant corse) nous attendait et il me dit je savais bien que tu l'aurais ammener ce putain de camion tout en me tapant l'épaule gauche.

Comme je m'inquiétais de savoir quel camion j'allais prendre pour remonter dans notre villa à la montagne , il me repondit que je ne remontais pas tout de suite car la haut avec un seul camion cela suffisait et moi j'étais de nouveau "réquisitionné"pour faire une mission ici à Relizanes et j'ai fais un bond au ciel quand il m'a appris que pendant une semaine j'allais prendre un GMC et avec d'autres chauffeurs nous allions chaque jour aller conduire à la mer une section pour se reposer et se détendre.

Donc pendant une semaine j'ai vu la mer de prés et je me suis baigné chaque jour. ....le Pérou quoi !!![/b]


 

Rencontre dans le bled avec un brave paysan qui nous à raconter son service militaire pendant la guerre de 1940.
Voici maintenant une série de photos prises lors de différentes missions pour des déménagements de compagnies ou de sécurité et protection de sites comme la garde de pipe-lines.
Sincérement je donnerais cher pour revoir ce panneau
Déja heureux de poser à coté d'un bahut (et une titine derriére)
Repos dans une salle de classe....et l'humour toujours présent.
Photo prise à MASCARA
Encore une particularité de la vie des paysans dans le bled, le bétail va chercher lui méme une partie de sa nouriture dans la nature et revient ensuite à la maison.
Rencontre dans le désert avec un gars de l'aviation, rien d'étonnant j'ai bien vu des fusillers marins à cheval et avec le pompom sur la téte..!!
C'est dans un hélico comme celui là que j'ai été évacué en urgence à l'hopital à Oran avec une crise d'apindicide aïgue.
Un chasseur T6
En protection d'un pipe-line
La Nouba (musique des régiments de tirailleurs algériens)
Toujours la nouba avec la mascotte du régiment "un bélier" celui -ci défile comme un vrai soldat mais il ne connait que son maitre et "charge" toute personne qui ose l'approcher.
Pour terminer quelques photos de mon séjour à SIDI BEL ABBES au 1er REP
J'ai eu l'honneur de porter le képi blanc

Voici une photo du monument de la légion étrangére qui se trouvait à SIDI BEL ABBES et qui fut rapatrié en France à Aubagne.

Quelques cartes postales de l'époque :
Noyon (France) ou j'ai fais mes classes (7éme Cuirassiers)
Le Gouverneur Général Chanzy
Marseille : le chateau Botély
Marseille : La Canebiére
Marseille : le quai des Belges et le port
Oran : la gare Maritime
Relizane (une fois sortie de la ville ,aussitot nous retrouvons la montagne)
Relizane : la Mosquée
Mostaganem
Un oued dans Les gorges D'el Kantara
Caravanes dans le sud
lors d'une remise de décorations en 2004
Voici différents écussons et insignes ramenés de là bas ainsi que des documents divers et trés intéressants (pour certains d'entre eux) qui témoignent que nos deux pays ont un passé en commun et personnellement je suis persuadé que tout cela ne serait jamais arrivé si les deux blocs EST/OUEST dirigés chacun par L' URSS et les USA ne s'étaient pas fait la guerre par "petits pays" interposés.....
J e dis pas que la décolonisation ne serait pas faites , mais elle se serait faite en douceur et avec du temps.
la "fameuse" féte de CAMERONE tradionnelle de la Légion Etrangére à laquelle j'ai participé à Mascara.....je raconte pas ce jour là .....car moi méme , avec le pinard (au menu) je me souviens plus exactement de tout ...!!!
Tous les gars assis à mes cotés ont signés le menu....(un trés bon souvenir)
pour le mot de la fin j'ai mis symboliquement le compteur à ZERO...mais Raymond, associé à ce reportage, ne dira rien lui, il n'a peut étre pas pu lui remettre le compteur à ZERO....!!!!
FIN
.PORTAIL. ....Liste des membres ...... Portail de Yvon59 ICI
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Je met ici des messages et des photos reçues a partir de 2007 d' amis qui ont connus ces années là et qui ont fait leur service militaire en Algérie ou de personnes qui m'ont envoyées soit une photos d'un parent ou d'un ami..

Un ami oublié

Cette semaine aura été pour moi , une semaine assez chargée en émotions car avec celle susitée par l'accident de guéno, j'ai aussi reçu un message assez exceptionnel, du genre " retour vers le Passé"....

En effet vous avez tous vu que depuis quelques jours il y a un nouveau membre qui s'est inscrit "perrier" , il s'est manifesté en m'envoyant un message avec trois photos ....et dans ce message il disait notament " qu'il avait eu un choc " en regardans les reportages du site et tout particuliérement celui qui relate mon service militaire en Algérie.

Car les trois photos qu'il avait ajouter à son message ressemblaient étrangement à trois de mes photos dans mon reportage.

En effet Jacques ( c'est son prénom) c'est retrouvé avec moi à Mascara le jour de la féte de Camérone ( qui est la féte de la légion) et nous avons pris quelques photos presque indentiques , car nous sommes sortis en ville et nous avons méme pris des photos à moins de 50 centimétres l'un de l'autre.

Vous devinez ma surprise car évidemment , moi aussi j'ai été trés agréablement surpris , pensez donc il y a presque 46 ans de cette histoire ....

En tous cas je tient à remercier Jacques pour avoir eu ce geste qui m'a permis de refaire un retour en arriére et surtout de faire ( ou refaire) sa connaissance.

Je précise que Jacques qui est en retraite ( car nous avons le méme age) habite à Grenoble et que ce jour là a Mascara il était le radio qui accompagnait la "Nouba" (la musique des tirailleurs Algériens)

Bon pour terminer je remercierai encore unne fois Jacques de m'avoir contacter et de m'avoir autorisé à publier ces photos , Malheureusement ( pour nous) Jacques n'est pas trés porté sur une participation dans un forum, car il est aussi un grand voyageur.....mais il m'a promis de nous faire parvenir quelques photos quand méme.

Qu'il en soir remercier ici méme et j'espére aussi que de temps en temps il continura de nous donner de ses nouvelles.

Voici les photos de jacques et les miennes en comparaison...........

Photos de Jacques
Les miennes

Un message et une photo d'un membre du site ( pierrot le Savoyard)

qui nous envoye une photo de Bernard.(2008)

Alors la chapeau pour cette rétrospective sur cette période de ton service militaire..toutes ces photos. je me souviens bien de ces années mon cousin y était et je lui écrivais souvent c'était un (saharien ) les nouvelles du village lui faisait bien plaisir, pour lui et ses copains c'était pas la joie, il est malheureusement aujourd'hui décédé 6mois après avoir été en retraite..c'est c..!!

son prénom Bernard , il est né ( j'en parle au présent ) le 03/11/1941 et si ma mémoire est bonne il était en Algérie en 1959 ou 1960.

Voila justement un message que je viens de recevoir !!

j'ai l'impression que ce message vient d'un film tragique que j'ai vue dans ma jeunesse , les noms de lieux sités dans ce message sonnent dans mes oreilles comme des rafales de mitraillettes et des hurlements de douleurs:

PS: "Mendes" c'est le petit village ou nous faisions une halte rapide (cité dans mon reportage) pour nous ravitailler en conserve dans un tout petit magasin tenu par deux soeurs (européennes de 45 aans environs ) ensuite 150 métres plus loin de ce magasin, c'était la piste qui méme nul part ,comme j'avais l'habitude dire.

A partir de là il ni 'avait ni dieu, ni maitre , ni foi ,ni loi....c'était la loi du plus fort.

***************************************************************

De : Michel L
Envoyé : 10 juin 14:23
À : yvon59

D'un ancien" du poste Vautier" à un autre ancien.Unpetit contact pour te dire que j'ai retrouver l'emplacement géographique du poste (2° compagnie du 21° RT) grace au site "Google Maps" en partant de RELIZANE ..

(N4) ..IGHEL-IZANE ..(N23)..DOUAR OULED..MECHTATA EL HOUISSI...ZEMMOZA...MENDES...puis j'ai suivi la piste qui part de là (nord-est) et en remontant celle-ci j'y suis arrivé ; que d'émotion quand même de revoir par photo satellite ce lieu ou j'ai passé 24 mois à peu près surtout que l'on a une vue aérienne trés rapprochée à 100 pieds (le zoom au maximum).

Ce qui fait que l'on remarque assez bien les détails : Il y a eu du changement dans les constructions de l'époque -1960-1962- à maintenant.C'est le seul point que je ne reconnais pas(le poste a du être rasé aprés le départ des troupes...?) mais je reconnais trés trés bien la topographie du coin et de son environnement.La piste ou l'ancienne piste a l'air d'avoir été améliorée et plus carrossable qu'à notre époque .

Enfin voilà pour ta gouverne si tu veux y faire une petite visite un petit tour en arriere de 46 ans passés... tu vas sur Google Maps...ville RELIZANE et tu suis la route N4 et N23 route de TIARET jusqu'à MENDES puis la piste attention il y en a plusieurs (c'est celle au nord-est ,dés le départ de celle-ci à la première fourche prendre à droite) l'arrivée se remarque par la forme particulière de la piste qui fait une "baillonnette" juste avant la petite descente sur le lieu de l'ancien poste VAUTIER . Bonne recherche de souvenirs pas toujours heureux à l'époque mais ça rajeuni notre mémoire.Aller salut et surtout bon courage ...à bientôt peut être pour mieux se connaitre et pour mieux parler de cette époque du poste Vautier.

************************************

Les renseignements qu'il me donne , m'ont permis de retrouver le lieu ou était situé le poste Vautier

ou nous étions basés

Mendés , c'est le dernier petit village avant d'attaquer la piste (le petit trait sur la droite)

Vue du plan (le poste militaire était juste en haut du piton)
La vue par sattellite
J'ai reçu cette photo cette nuit ( 26/2008) dans ma messagerie, elle est envoyée par Michel W...

Je n'ai pas d'autre renseignement pour le moment, car il n'y avait que la photo danns le message.

Mais il sagit la de l'entrée du poste Vautier, c'est super car dans mon reportage j'ai bien des photos de cette entrée , mais on ne voit que les piliers et pas le haut.

Cette photo a du étre prise un jour ou un perssonnage important est venu rendre visite au poste , car les militaires alignés a l'entrée porte la tenue de parade , avec le turban sur la téte , ce qui n'est certainement la tenue appropriée a porter tous les jours dans ce genre d'endroit.

En tous cas merci à Michel W pour cette photo.

Février 2009

Cette semaine en mettant de l'ordre dans mes affaires, j'ai retrouvé ces livres qui ont au moins 30 ans

J'ai été assez dégouté quand j'ai relu certaines de ces histoires ( vraies) et ce que certains des militaires fait prisonnier par l'ennemie de l'époque, ont subit......!!!

Un de ces gars , après avoir subit les pires sévices et avoir passé des mois entier " enterré " vivant sans la moindre lumière , à quand même eu la chance d'être libéré par un commando , ces hommes l'ont entendu appeler , car il se doutait que les siens étaient là, car il y a eu une longue fusillade.

Les commandos l'ont ensuite libéré, mais comme ils ne connaissaient pas sa situation exact, ils ont ouvert le trou trop rapidement et les yeux du soldat ont été gravement déterroriés.

Ce soldat a été rapatrié en France et il est rentré dans son patelin dans l'indifférence générale.....

Pourquoi la France a peur d'honorer ses braves, ses héros !!!

Ces bouquins je suis prêt à les donner à qui en prendra soins, car par chez moi , personne ne le fera, je connais à l'avance le sort qu'ils leurs sera réservé.

2 Volumes avec la méme couverture pour celui-ci
Aujourd'hui 28 Avril 2009 j'ai remis à Serge la deuxiéme partie de mes souvenirs d'Algérie,
la premiére partie c'est Mario qui les a eu pour donner à un de ses amis collectionneur.

J'en ai plus besoin et je suis content qu'ils ne finiront pas à la poubelle

C'est de l'histoire ancienne , d'ailleurs moi aussi je suis " de l'histoire ancienne" .....

Je souhaite bonne lecture à ceux qui lirons ces bouquins, peut étre que certains finiront par comprendre que le boulot fait la bas par la France et son Armée ( en temps de paix comme en temps de guerre) fut immemse.

Et il y avait pas photo pour un jeune de 20 ans de l'époque, entre soit se battre pour son pays ou d'étre un loubard qui attaque et tue les petits vieux pour 4 sous.

Cliquez ICI pour de nouvelles retrouvailles avec Gérard, Jean Marie et Emile

( 50 ans plus tard).

**********************************************
.PORTAIL. ......... Portail de Yvon59 ICI