Abbaye de Châalis (60) Par Christine
Cachée au creux de la forêt d'Ermenonville, sur la N330 , en face de la mer de sable , les ruines de l'abbaye de Chaalis se dressent encore fièrement entre la chapelle de l'Abbé, la roseraie et le musée Jacquemart André.
Fondée en 1136, l'abbaye royale de Chaalis fut consacrée en 1219 par frère Guérin, évêque de Senlis, garde des sceaux de Philippe Auguste. Elle est née de la volonté du roi Louis VI, désirant commémorer la mémoire de son cousin, Charles le Bon, comte de Flandre, assassiné par ses sujets révoltés (1127).


Après avoir obtenu le diplôme de fondation en 1138, l'abbaye de Chaalis prospéra très vite, établissant des granges, des domaines agricoles et parfois viticoles en une vingtaine de lieux. En 1202, une nouvelle église abbatiale, de style gothique, était en construction. Par ses 82 mètres de longueur et ses 40 mètres de largeur, elle fut jusqu'à sa destruction l'une des plus grandes églises cisterciennes du royaume.

Après avoir connu les effets de la crise générale qui sévissait alors dans le royaume, durant la seconde moitié du XIVème siècle, l'abbaye fut mise en commende au XVIème et XVIIIème siècle, ce qui signifie que son administration fut confiée à une personne nommée à l'extérieur de la communauté. C'est la fin de son indépendance.

Nélie Jacquemart, veuve d'un riche banquier Mr André, acheta l'abbaye de Chaalis en 1902, pour abriter ses collections de peintures et de mobilier. Avant sa mort en 1912, elle l'avait léguée à l'Institut de France avec l'ensemble de ses collections

Le château
LES RUINES :


Ici se dressait au XIIème siècle, la première église cistercienne de style gothique flambloyant. Aujourd'hui, ses ruines nous révèlent encore aisément la disposition du transept et des chapelles .

Elles ont préservé le côté mystique du lieu.

 
   
   
   
***********
   
La chapelle de l ' abbé
   
À la Renaissance, le cardinal Hippolyte d'Este fait peindre à fresque la chapelle du XIIIe siècle de l'Abbaye de Chaalis, près de Senlis. Pour cela il fait appel à des artistes italiens. Grâce à des études minutieuses effectuées en 2004 et par comparaison avec des dessins préparatoires conservés au Louvre, on a pu établir avec certitude que les fresques de Chaalis étaient de la main même du peintre bolonais Primatice. Une campagne de restauration de la chapelle et de ses peintures vient de s'achever. Elle a rendu toutes les subtilités des couleurs et du dessin .
   
   
Sépulture de Madame Jacquemart- André
   
La roseraie
   
   
**************************************
....PORTAIL