THIONVILLE (57) PAR CHRISTINE
Généralités historiques
Anciennement "Theodonis Villa", résidence préférée des rois carolingiens.
Charlemagne y fit sept séjours et y promulgua plusieurs capitulaires.
Son épouse Hildegarde y mourut en 783.
Au 9ème, Louis le Pieux y fit construire une chapelle palatine.
Possession des comtes et ducs de Luxembourg du 11ème à 1462, des ducs de Bourgogne jusqu'en 1477, des Habsbourg jusqu'en 1643.
Importante place forte, Thionville eut à subir de nombreux sièges et fut prise en 1643 par le Grand Condé, après sa victoire de Rocroi.
La Moselle fut l'un des 83 départements créés à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir de la partie nord de la province de Lorraine. L'un de ses premiers préfets fut le Comte de Vaublanc de 1805 à 1814. Le département connut diverses rectifications de frontière jusqu'en 1815. Les villes de Sarrebruck et Sarrelouis, aujourd'hui allemandes, en firent partie de façon éphémère. Le département était alors divisé en 4 arrondissements: Metz (chef-lieu du département), Briey, Sarreguemines et Thionville.Ce département disparut le 18 mai 1871, suite au traité de Francfort par lequel l'Allemagne.Au cours de la Seconde Guerre mondiale, après l'armistice du 22 juin 1940, la Moselle fut à nouveau annexée par l'Allemagne.La Moselle fut libérée par l'armée américaine en 1944 pour sa plus grande partie, notamment par le XX corps d'armée dirigé par le général Walker, mais certains villages ne furent libérés que beaucoup plus tardivement (jusqu'en mars 1945).
Suite à l'annexion de 1871, le département de la Moselle (tout comme le Bas-Rhin et le Haut-Rhin) est encore aujourd'hui sous régime concordataire.
1870-1918 : du début de la guerre franco-allemande de 1870 jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, Diedenhofen fait partie de l'Empire allemand
....................
....................
La Tour-aux-Puces est le bâtiment emblématique de Thionville dont l‘origine et la désignation restent incertaines. Aujourd‘hui, ce qui reste, est un vestige du château des comtes de Luxembourg édifié sur les ruines de l‘ancien Palatium impérial. Ses fondations remonteraient au IXe siècle; la tour à quatorze côtés est une construction des XIIe-XIIIe siècles. Devient au XIIIe siècle le siège d‘une prévôté. La grande salle du Ier étage a été remaniée dans le courant du XVIe siècle. Plusieurs linteaux de porte proviennent sans doute d‘édifices antérieurs. En comparant avec des relevés du XVIe siècle, les remparts deThionville se rapprochent de ceux de Rodemack. Ville luxembourgeoise, bourguignonne puis espagnole, Thionville conquise par les Français, est rendue aux Espagnols en 1559. Devenue française au traité des Pyrénées (1659), Thionville est fortifiée par Vauban et Cormontaigne; elle subit quatre sièges: en 1792, la garnison résiste aux armées prusso-autrichiennes; en 1814 et 1815, la ville défendue par le général Hugo, le père de Victor Hugo, n‘ouvre ses portes qu‘après la fin des combats; en 1870, Thionville subit un siège de plus de trois mois au terme duquel la garnison capitule le 24 novembre après trois jours de bombardement allemand. A partir de cette date et jusqu‘en 1918, Thionville devient une ville de garnison allemande.
En juin 1901, l‘empereur Guillaume II décide de déclasser l‘enceinte fortifiée et de détruire les vieux remparts qui enserraient la ville depuis le Moyen Age
 
 
 
 
Lien (cliquez ici)
 
 
 
 
 
 
 
 
Lien (cliques ici)
....PORTAIL