PAR

YVON59

Photos d'autrefois
j'ai reçu cette photo et cela m'a permis de revenir au temps de ma jeunesse,car cela représente une époque révolue ou tous les trains étaient tirés par ces magnifiques locomotives à vapeur.

je sais pas si parmis vous il y a des gens qui se souviennent des odeurs qui régnaient dans les gares SNCF de l'époque...la vapeur,le charbon et sans oublier les bruits de la loco qui nous laissaient à penser que cette locomotive "respirait"....on avait l'inpression quelle avait une vie...méme à l'arrét dans une gare avec ses tchioumm... tchioumm...

avant de partir à l'armée j'ai travaillé 5 ans à la gare de LILLE voyageurs et je suis monté dans ses machines à vapeur ,comme pilote pour faire monter jusqu'a un aiguillage ,assez loin parfois,une loco pour la faire changer de voie.

attention quand je dis pilote,cela ne veut pas dire que j'ai conduis cette machine,bien sur,mais dans les grandes gares il arrive des trains de partout et les mécaniciens ne connaissent pas à fond le périmétre d'évolution de la gare,plusieurs km parfois,donc il faut un pilote,comme dans les ports pour les bateaux,pour faire évoluer les locomotives pour changer de voies (gare à cul de sac) ou pour aller chercher un train dans un dépot environnant.
cela représentait une partie de mon travail et je peut vous dire que ces mécanos ont une chose en commum avec les routiers...d'avant.

car entre conduire des loco à vapeur dans le froid et le brouillard,sous la pluie...cela n'a plus rien à voir aves les loco électrique...d'aujourd'hui.

eux aussi ne devait pas avoir peur de se salir et il fallait pelleter le charbon sans arret pour pas que la pression baisse...et les deux conducteurs ( un mécanicien et un chauffeur) devaient avoir presque tout le temps la téte dehors pour regarder devant,car avec la chaudiére devant ,ils ne pouvaient pas voir grand chose.

mais comme sur la route ces gens là aimaient le boulot par dessus tout et les gens les admiraient.

c'est d'ailleurs là que j'ai pris gout aux grands voyages et je me disais toujours à chaque fois qu'un train siffait au moment du départ,que un jour moi aussi je prendai le large....!!!

voila je tenais à rendre un hommage " à ses gens du rail" qui comme nous ont connu de belles histoires aux commandes de leurs sacrées locomotives à vapeur.[/color]

si vous aussi vous avez des images qui parlent de ces trains de l'époque héroique du chemin de fer ,elles seront les bienvenues ici,merci.

photos de l'époque...en 1959

dans la chambre que j'occupais à lille. (j'avais un peu plus de 18 ans).

En compagnie de 2 collégues en gare de LILLE voyageurs (je suis au milieu) à gauche un agent expéditeur et à droite un sous-chef de gare.
et derriére un train de voyageurs avec une lourde porte à chaque compartiments
à droite un autre collégue (aussi agent expéditeur)
pour voir des cartes postales de l'époque sur le site de la vie du rail cliquez ici


pour écouter un train cliquez ici

et cliquez ici pour voir une 141 R

je vous recommande le site de la vie du rail,car il y a de magnifiques photos d'époque.

pour voir des photos de matériels anciens ,voici un lien pour accéder à une liste de sites qui traite de ce sujet,et ne pas hésiter à cliquer sur les liens ,une fois dans un site pour voir de magnifiques photos. cliquez ici

et pour voir des "petits trains" de vacances cliquez ici

tu sais jayjay si tu veut un jour monter dans ses locos à vapeur il te faudra chercher,car mis à par quelques rares exceptions on ne les trouve plus que dans les musées. ..hélas.

pour pierre-marie (et les autre bien sur): c'est vrai que quand tu me dis que méme toi tu étais trop jeune pour avoir connu ces machines en service...cela me fait dire que j'ai connu une époque qui est en train de disparaitre et cela me fait un peu peur parfois....

à mes débuts à la gare de LILLE j'étais "agent de manoeuvre et mon role été d'étre le "troisiéme" à bord de la loco de manoeuvre....

dans toutes les grandes gares il y avait une machine affectée à la manoeuvre des trains,c'est à dire changer les trains de voies ou de les mettre sur des voies de garage pour quelques heures,en attendant une nouvelle affectation et pour cela on allait les conduire ou les rechercher dans un "parking" à trains à la gare marchandises de Fives-lille,située à quelques km de là et il nous fallait emprunter la voie "principale"...l'autoroute en quelques sortes.
et pour monter au dépot je montais dans la loco avec les deux conducteurs comme le train roulait en marche avant ,mais pour ramener un train en marche arriére à la gare de lille ,pour le mettre au départ et comme la gare est à cul de sac il faut bien arriver en marche arriére et y fallait pas trainer,car comme il fallait rouler sur les voies principales il ne fallait pas géner les trains de lignes.

donc moi au départ du dépot de fives je branchai un gros flexible,muni d'une commande, au systéme de freinage de la derniére voiture du train et aprés avoir fait "un essais" du fonctionnement du systéme de frein avec le conducteur de la loco(pas te talkie-walkie,mais je me faisais comprendre par des signaux avec un drapeau et à coup de sifflet et la loco me répondait par un code de coups de sifflet) donc le train montait en marche avant jusqu'a un aiguillage protégé par un feu tricolore et aprés accord du poste de controle (feu vert) nous nous engagions,en marche arriére,sur la voie principale en direction de la gare de lille....et là moi je me trouvais sur le marche pieds de la voiture de téte et équipé de mon systéme de freinage et d'un drapeau ,avec lequel je devais faire des signaux ,sans arrets, au mécanicien pour lui indiquer de continuer de pousser,car lui étant à l'arriére il ne pouvais rien voir, d'ailleurs si le mécano ne voyais plus le drapeau...il devait s'arréter....!!! fallait pas faire ça trop souvent....

comme il y avait quelques km à parcourir (5 à 8 km,je pense) il fallait rouler à une certaine allure et au début que j'ai fait ce boulot ,j'étais pas trop fier,debout sur un mache-pieds d'un train roulant à une certaine vitesse sur une voie fréquentée et accroché à une portiére du train...je vous raconte pas la sensation quand il fallait croiser un train de ligne...!!! et arriver à quai en gare de lille je sautai en marche avec toujours à la main mon systéme de freinage et mon drapeau ...hi hi et je devais arréter le train à 2 ou 3 métres du butoir et là pas question de compter sur le mécano pour freiner le train,car avec la foule sur le quai qui attendait pour monter dans le train,il ne pouvait plus voir mes signaux...

j'ai touché une fois le buttoir ,mais légérement...dans d'aures gares il y en a qui avait bien branché le systéme de freinage a l'arriére du train ,mais ils avaient oublier d'ouvrir la vanne d'arriver de l'air comprimé...le gars n'avait pas l'occasion de recommencer une nouvelle fois évidemment et il y avait double faute car le mécano ne devais pas accepter de pousser sans avoir fait l'essais de frein...(mais cela est un cas trés trés rare)

la nuit,le drapeau ne servait à rien et toute ces manoeuvres se faisaient à l'aide d'une lampe qui fonctionnait au carbure...et quand il pleuvait,neigeait ou qu'il faisait du vent la lampe s'éteignait...et là aussi c'était pas la joie quand on est debout sur un marche pieds d'un train en marche et que l'on n'a plus de moyen de communiquer avec la loco c'est pas la joie non plus.

Mario :

Quand à moi, j'ai eu la chance de voir les dernières de ces locos en activité... Nous étions arrêtés au passage à niveau de Collonge sous Salève dans la voiture de mon grand-père, à côté de Genève sur la ligne Annecy-Thonon, j'étais enfant et je suluais toujours les mécaniciens qui chaque fois me répondais...

Voilà encore un métier qui m'aurais attiré si je n'avais pas été routier...
Comme d'hab', les métiers où l'on voyage.


Voilà, une loco que j'ai prise ce week end à Carnoules, près Du Luc. Une ancienne du PLM.

Même dans cette état et même dans sa triste dernière retraite elle est encore majestueuse....
en ce moment il ne se passe pas un semaine sans qu'on nous parle d'un accident entre un train et un camion...c'est vrai que cela peut arriver ,mais je trouve que ça fait beaucoup tout de méme et j'avoue que je ne savais pas ou mettre ce message car ici on parle des trains et aussi d'accidents et de l'autre coté on parle de la peur des camions sur la route...!!

en début de semaines c'est encore dans notre région que cela à eu lieu :

à FEIGNIES prés de MAUBEUGE vers 1h45 un camion allemand qui transportait du ciment (en baché) à percuté un train à un passage à niveau,alors que tous les sécurités étaient en place. (barriéres abaissées et feu rouge clignotant allumé)

le chauffeur allemand est à l'hopital avec des blessures sérieuses.

moi il me vient une reflection : toutes les régles de sécurité misent en place ne sont pas efficasse...

car on arrive à faire rouler des trains à presque 200 km/h dans la nuit,le brouillard et dans des conditions de visibilité quasiment nulles....pourquoi.

voila comment cela se passe (en résumé) je peut en parler car j'ai fait paris/lille dans une loco electrique du type BB....

le train roule sans visibilité lancé a plus de 100 km/h (je peut vous dire que cela fait peur au début..) mais il faut savoir que devant lui le conducteur à une voie découpée en trois tronçons.

pourquoi car si le feu du dernier tronçon est au rouge ,le tronçon juste avant est au jaune et le conducteur qui roule sans visiblité s'aura en rentrant dans le premier tronçon que le 3éme tronçon est au rouge par l'intermédiaire de "crocodiles"

les crocodiles se sont des appareils qui se trouvent au milieu de la voie et qui font plusieurs métres de longeur et la locomotive est équipée en dessous de balais ,ce qui permet au conducteur de la loco de recevoir des signaux qui vont le reseigner sur la circulation devant lui et donc adapté sa vitesse selon les informatios reçues et si le 2éme tronçon lui indique qu'il vient de passer un feu au jaune ,le conducteur se met à rouler "a vue" pratiquement au ralenti ,puisqu'il n'a pas de visibilité,car il sait que le feu du prochain tronçon sera au rouge...ce qui lui permet de rouler en aveugle...CQFD (et c'est la méme chose pour les passages à niveau) si un passage à niveau n'est pas fermé le conducteur en est avisé et il doit se mettre aussitot en arrét ou reprendre la "marche à vue " aprés accord avec le régulateur.

moi je vous parle de cela c'était dans les années 60...donc maintenant je sais pas ce qui a pu étre inventé pour les TGV par exemple.

ce que je voulais dire c'est que si on est capable de faire savoir à un train lancé à plus de 100 km/h dans le brouillard tous les obstacles qu'il a devant lui pourquoi ne peut t'on pas équiper les camions et les bus,pour commencer,avec des instruments de bord pour indiquer les obstacles qui sonr devant lui '(comme un passage à niveau ferme,par exemple ou un feu rouge caché par un virage ou dans le brouillard)

pour terminer les trains (dans les années 60) étaient équipés du systéme appelé " de l'homme mort" c'est à dire que si le conducteur lache pendant un temps déterminé un accessoire le train émet un signal sonore et si au bout d'un temps donné le conducteur n'a pas réagi,le train s'arréte)

voila la technologie existe bien,mais pour la route on nous répond toujours que c'est pas possible...ben moi j'ai des doutes..!!




Quelques photos de Christine
Je ne me rappelle pas avoir déjà vu ce genre de locomotive , quelqu' un sait- il ?
Voilà Christine les résultats de ma recherche sur cette locomotive

Série CC 14100 - SNCF - Surnom : Fer à repasser - Constructeur Alsthom/Fives-Lille
Numérotation : CC 14101 à 14202 - Année de construction : 1954-1958
Radiées entre 1984-1997 - Vitesse Maximale 60 km/h - Puissance 1860 kW
Motorisation : 6 moteurs TA630, 590V

Machine du réseau Nord-Est, la CC 14161 vient du dépôt SNCF de Thionville, elle a quitté la traction des trains de 3500 tonnes le 02/04/1993.

Cette locomotive est arrivée depuis le dépôt de Thionville par le rail jusqu'à l'embranchement de Jeandelize. De là, l'engin de 126 tonnes a été transporté jusqu'au parking du supermarché à Conflans-Jarnisy (Meurthe-et-Moselle) le 31 mars 1994 par convoi exceptionnel.

Avec l'aide financière du propriétaire du centre commercial, un passionné de chemin de fer et un employé de supermarché, se sont lancés le défi de la remettre en état .

200 heures de travail pour une équipe de bénévoles, sablage, mastiquage et application de la couleur verte d'origine pendant l'été 2003.

La CC 14161 à Conflans-en-Jarnisy
Cliquez ici


Locomotives Electriques SNCF Série 14000
Cliquez ici

Tu trouveras aussi en déroulant la page :
Audun-le-Tiche - Locomotives électrique SNCF CC 14161 et BB 12000

****************
....PORTAIL