Mémoires d'un fils de routier (Serge)
Transports Jaffary Tricquenaux & Gosselin (1)
Bonjour , Je me prénomme Serge, j'ai 57 ans j'habite St-Quentin (02) et je suis le fils d'un ancien routier.
Je ne suis pas routier mais j'ai toujours eu une grande passion pour les camions et le monde de la route.
j'ai parcourus ton site www.yvon59.fr avec beaucoup d'intérêts notamment le reportage sur ta région (Le Nord/PDC), cela me rapelle beaucoup de souvenirs de mon enfance.
Mon pére travaillait pour un transporteur de St-Quentin, les Etablissements Jaffary Tricquenaux & Gosselin, entreprise spécialisée dans le transport de produits pétroliers (blancs et lourds) et notament dans celui des lubrifiants, du début des années 50 jusqu'au début de l'année 80.
Au début cette société avait une dizaine de 6 roues( Bernard et Berliet) et des petits porteurs qui éffectuaient les livraisons terminales sur le St Quentinois, cette société roulait sous les couleurs de OZO et ensuite Total.
J'ai passé une grande partie de mon enfance sur les routes avec mon pére et les autres moments je les ai passer au sein même de l'entreprise.

Les lieux de chargements étaient à l'époque Gennevilliers, Gravechon, Metz, mais principalement Dunkerque chez UNICAN pour les produits blancs, je ne me souviens plus si UNICAN etait un dépôt ou
une raffinerie. Le matin des longues files de camions attendaient avant d'être chargé le long de la route qui longeait ce site. à proximité de la route il y avait un canal, bien souvent je pouvais entrer en restant caché dans le cabine sous une couverture.

Ensuite pour les produits lourds mon pére chargeait soit à la BP, mais là pas moyen de rentrer même chose à la CPA (Compagnie Parisienne des Alphasltes), j'attendais donc dans la guérite du gardien.

Au début des années 60 la sociéte à renouveler son parc en achetant une dizaine de semi, mon pére a touché un nouveau camion, un Bernard long capot de 165 chevaux et une semi calorifugé de marque CODER caouflex c'était le seul camion de l'entreprise qui ne portait pas d'inscription.

A l'époque j'étais émerveillé de voir autant de citerniers sur ces routes du Nord Pas de Calais, je me souvient bien de certains des transporteurs de l'époque :
Les transports Boulard de Calais ou Boulogne (camions Willéme) Van Haecke (Armentiéres) avec à l'époque des Bernard et Scania, Jacques Heine de Cuincy avec des Scania , Godeffroy de Ecurie (62), la STIP avec des Volvo F88 et 89, Mory (en citerne) ils devaient être de la région de Lille, Desrumeaux et Caillot de NIEPPE, les Tpts Urbain à Auby avec des WIlléme 2éme génération long capot et des Krupp aux couleurs de la BP,et les fameux berliet de chez Nord Essence et sans oublier les unic fiat de chez Transpévrac principalement de couleur Bleu.
Dans L'Aisne il y avait pas mal de transporteurs qui chargaient sur Dunkerque, notament AMICEL avec au début des willéme et ensuite des N 88 et F 88 Volvo, les Transports Roland du Nouvion (02) équpés en Bernard et Scania couleur bordeaux et blanc, Ferry de Laon, Bernoville d' Origny Ste Bbenoite (02).

A l'époque la route était une grande famille, mon pére avait également des copains chez Flandres Provence de La Gorgue (frigo à l'époque) André Parret à Strazeele qui avait un Bernard et un Scania Vabis de couleur orange, il chargeait du coton à Dunkerque pour livraison en régulier sur des usines de filature de St-Quentin, Izard et Hernu Peron. Mon pére avait un trés bon copain qui était transporteur dans la région de Wormouth, il avait 2 ou 3 citernes il s"appelait Jean Courtois.

La route c'était aussi ses relais ; Chez Jacques à Rancourt (80) chez Lilyane au Transloy (62) le Parisien à Bapaume ou la Chaumiére à Béhagnie. En général le matin le premier arrét de mon pére se faisait vers 6 H 30 à ST Sylvestre Capelle ou au café de La Forge à Wormouth, le gérant ou le patron s"appelait Guy.
au retour il y avait d'autres arrêts , chez le L'Gitan, la Belle Vue ou au Soleil Levant, à La Gorgue ou Estaires , je ne me souviens plus, les pauses étaient en fonction des lieux de dépotage.

Une journée de travail c'était entre 500 et 700 Km dans la journée et sans prendre l'autoroute.

Mon oncle (le frére de mon pére) était également routier chez Moity à Valenciennes, il avait un Volvo N 88 de couleur Jaune et noir , la semi une savoyarde Trailor avec une bâche verte.

Pour moi c'était vraiment une belle époque, cela n'a plus rien à voir avec ce beau métier que j'ai connu.

Moi je travaille à La SNCF au Fret, du moins ce qu'il en reste, je m'occupais de logistique routiére jusqu"a la fin 2010 ce métier consistait à mettre les moyens en personnel et matériel pour charger ou décharger des wagons ou des trains complets de marchandises diverses, donc je vivais ma passion chaque fois avec des transporteurs routiers que j'avais affrété.

Ma zone de couverture géographique partait de Dunkerque jusque Dijon avec L'Est sauf le 67 et le 68 et je couvrais également la basse et haute Normandie.

Pratiquement chaque jour je mangeais dans les relais routiers et ce qui me choqué c'est que ces routiers parlaient de tout sauf de leur métier.

Aujourd'hui mon poste est parti chez la concurrence, la SNCF ne veut plus du fret, mais pour moi l'heure de la retraite arrive à grands pas.

Merci à toi Yvon de m'avoir fait revivre ces grands moments chargés d'émotions.

Serge Letuppe.
Photos prises à Le Cateau (59) 1958
1960
Photo prise au relais de Béhagnie.(62)
(Page 01)
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 01
PAGE 02
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00
PAGE 00 PAGE 00 PAGE 00
Retour menu transporteurs...PORTAIL....